Scénario n°1

L’Oracle

Samedi 22 novembre 2008, par Pierre // Synopsis des scenarios

Voilà quatre cent ans qu’Atlantis a été anéantie. La boîte de Pandore a été ouverte et le monde achève de panser ses blessures. L’ère que les historiens appelleront « siècles obscurs » s’achève, et avec elle la civilisation mycénienne s’éteint.

Ses derniers représentants, établis dans la Cité d’Argos, tenteront un baroud d’honneur sous l’impulsion du Tyran Pheidon et contrôleront un temps le Péloponnèse. Mais en 668 avant notre ère, la Cité est vaincue par l’armée de Sparte.

La cité d’Argos, soumise par Sparte, est contrainte à lui verser un tribut en or et en esclaves alors même que ses réserves de nourriture s’épuisent. Sans terre, et n’ayant pas le droit de créer une armée pour en conquérir, l’Assemblée contourne l’interdiction et vote la création d’une colonie. Dès lors, un millier de jeunes hommes seront envoyés au hasard sur la méditerranée pour créer un comptoir colonial.

Avant le départ six volontaires sont envoyés consulter l’Oracle d’Apollon à Delphes, pour connaître le sort qui sera réservé aux voyageurs, et la direction qu’ils devront emprunter.

Au sein de ce groupe : un jeune paysan nommé Sylas, l’amiral Hector, un vieux mercenaire spartiate nommé Parménion, le marchand crétois Nilmar, un soldat vétéran nommé Boros, et le stratégos Brigomaglos.

Brigomaglos s’oppose en secret au traité de paix et à la colonisation. Par le passé, il avait déjà soudoyé l’Oracle pour pouvoir mener à bien une campagne. Cette fois, il espère au contraire empêcher le départ de la colonie et reprendre la guerre contre Sparte.

Sur le trajet, le groupe fait face à un python géant à qui Apollon a confié la tâche d’empêcher la corruption du temple. L’amiral Hector s’avance pour détourner l’attention du monstre et faire passer ses compagnons. Le serpent, sondant le cœur d’Hector, prédis que la souillure du temple sera empêchée et autorise les voyageurs à continuer leur route.

Les hommes arrivent à Delphes. Le mercenaire Parménion, si fourbe que certains prétendent qu’il n descend d’Hermès, ne peut s’empêcher d’épier ses compagnons, et découvre la ruse de Brigomaglos. Parménion, espérant gagner sur tous les tableaux, fait chanter le général argosien puis le laisse partir.

La cérémonie a lieu. L’Oracle en transe psalmodie une prédiction, qui est transcrite sur un parchemin par des scribes. Le parchemin est scellé et remis à Hector qui n’a pas l’autorisation de l’ouvrir autrement qu’en présence de l’Assemblée et du Tyran.

Brigomaglos, craignant pour sa réputation, engage des mercenaires pour tuer ses cinq anciens compagnons. Mais les argosiens parviennent à triompher. Poursuivant les bandits en fuite, l’amiral Hector rencontre Brigomaglos. Les deux hommes s’affrontent dans un duel splendide, et Hector parvient à trancher la tête du général.

Blessés et à bout de fatigue, les argosiens rentrent à Argos. La Cité est en proie à une grande agitation. A l’entrée de la ville, des hommes ont déjà été lapidés pour avoir voulu se soustraire à la colonie.

Répondre à cet article

1 Message

  • L’Oracle 22 novembre 2008 00:50, par Pierre

    Quand je marque scénario n°1, c’est parce que je ne prend pas en compte le scénario de test.

    Dans cette ébauche je me suis efforcé de raconter les grandes lignes, et d’être précis sur le background (une date ! pour la première fois !).

    Sinon, je vous laisse vous lâcher pour décrire d’autres aspects plus en détail, notamment le combat.

    Ce combat était d’ailleurs sympa, le premier avec notre fameux système de combat. Cha avait fait un carnage avec ses jets de dés.

    Et il y a aussi quelqu’un (Alex ?) qui a empalé un arché planqué sur une branche d’arbre avec une lance : c’était rigolo :)

    Répondre à ce message