L’homme qui fut roi

Alyone d’Ithaque

Dimanche 23 novembre 2008, par Clément // Biographies des personnages

Voici l’histoire d’Alyone, telle qu’elle est contée par les poètes... Certains disent que ce fut un homme bon et courageux, d’autres le traitent d’assasin, certains enfin pensent que jamais il ne fut maître de son destin et de ses actes...

On peut placer le début de l’histoire d’Alyone lorsque Poséidon maudît Ulysse, son illustre ancêtre, car Alyone fut le descendant le dernier descendant la lignée des rois d’Ithaque.

On sait de lui qu’il naquît second fils de sa famille, loin d’une destinée royale. Il faut savoir qu’Ithaque n’avait à l’époque de royaume que le nom. On y trouvait un petit village de pécheur sur la côte, d’environ 200 habitants, surplombé par une sinistre forterresse, accrochée aux falaise.

Il fut probablement éduqué par le précepteur de la famille royale, apprenant l’art nouveau et complexe de l’écriture, et d’autres disciplines savantes, comme la géographie et l’astronomie. Sa place de second dans la lignée royale le destinait à devenir strategos des maigres troupes du Royaume, et ainsi à défendre son frère.

Dès qu’il fut en âge, son père l’envoya en mer comme le voulait la tradition, accompagner les marchands et pécheurs, afin d’endurcir son corps et de le préparer à la vie rude des soldats. Il navigua ainsi de longues années, éloigné de sa famille, vivant dans les entreponts lugubres de vieilles galères, apprenant à la dure. C’est surement ainsi que naquît son esprit retors et affuté : Au milieux de gens rustres, passant de tavernes en ports sordides, il ne put compter que sur lui même, devant voler pour manger, fréquenter putains et voleurs pour se loger, se battre pour gagner le respect...

Il revint à Ithaque à l’âge de 16 ans. Du jeune garçon de famille royale , rien ne restait. C’est un jeune homme maigre et dur qui rentra dans son pays natal. Il découvrit que son père qu’il connaissait si peu n’était plus qu’un vieillard sénile. Son frère élevé dans l’opulence, jeune marié à Cassandre, commençait à prendre les rênes du pouvoir. Contrairement à ce certains peuvent raconter, ce fut un homme bon qui était un roi juste mais inexpérimenté, pétrit d’idéaux héoïques et nobles. Alyone le seconda, s’occupant des taches ingrates, protégeant son frère des horreurs de la vie et de la politique. Quand le temps de la « diplomatie » de la dague et poison venait, c’est Alyone qui s’en chargeait, sans que son frère ne le sut jamais. Le vieux roi mourrut peu après, on dit que ses dernières paroles furent pour Alyone et c’est ainsi qu’elle furent retranscrites :

« Ton frère protégera la veuve et l’orphelin, il sera le rempart de la justice face à un monde corrompu. J’ai fait de toi une arme sans pitié pour que tu le protège quel qu’en soit le prix. Sois le bouclier qui le protégera des dures réalités de ce monde, afin qu’il soit le roi bon et juste que je n’ai jamais été... »

Ainsi le jeune frère protégea le grand. Il parcourut le monde grec, nouant des alliances peu recommandables, protégeant les intérêts d’Ithaque. Les gens se rappelèrent longtemps des temps d’opulence qui suivirent. L’île devint un carrefour commercial incontournable, les caisses regorgeaient d’or, jamais le peuple ne connut la faim ou l’opression...

Partout en Grèce on parlait du bon Roi d’Ithaque et de son Royaume de Justice. On parlait aussi d’un navigateur, pirate et marchand, nommé Alyone, qui écumait les mers tel son ancêtre Ulysse.

Puis vint le terrible jour qui changea tout. Une flotte pirate accosta sur Ithaque, le royaume utopique mais si peu défendu. On raconte que la ville brûla pendant 3 jours. Le jeune Roi périt, jeté depuis une falaise par les assaillants. Repus de leur pillage les pirates s’installèrent à Ithaque, cuvant leur vin, violant les femmes... Ils ne virent pas les navires d’Alyone accoster de nuit tous feux éteints. A la tête de ses marins, des durs à cuire, rescapés de nombreuses tempêtes et batailles, il débarqua. Le massacre qui s’en suivit fut terrible et la seule descripion que l’on en donne est la suivante : « ...et tels les grecs entrant dans Troie, ils ne firent aucun quartier, et les rues de la ville se gorgèrent de sang » Les têtes des pirates furent exposées sur les murs du palais.

Ainsi Alyone succeda à son frère et devint le dernier Roi d’Ithaque. Il épousa Cassandre, la veuve de son frère, non par envie, mais afin de la protéger et de son respecter son devoir envers son défunt frère. Il fut un Roi sombre et morose, hanté par son échec, qui ne revenait à la vie que lorsqu’il sillonait sur les flots d’azur avec son navire. Plus les années passèrent, plus ses absences duraient. Il s’éloignait des côtes grecques, naviguant même de nuit, bravant la tradition et s’exposant ainsi à la fureur du grand Poseidon.

L’héritier du trône, Antinoos, neuveu d’Alyone, grandisait au palais éduqué par sa mère, et la seule chose qu’il vit de son père adoptif était un homme sombre et tourmenté, rongé par les remords, abusant souvent du vin, et terrifiant sa mère...

Certains prétendent que Poseidon chatia Alyone pour son impudence, d’autre que le vin fut le seul responsable de ce qui arriva, d’autre encore qu’il tuait par plaisir... Quoiqu’il en soit, rentrant d’un long périple ivre mort, il assassinat Cassandre.

Les servants du palais le retrouvèrent à genou dans la chambre à coucher, tenant le corps sans vie de la reine, son épée tachée de sang encore frais, hurlant et pleurant sans cesse :

« Mais qu’ai-je fait pour mériter pareil tourment ? »

Alyone maudit les dieux un par un.

Il quitta Ithaque la nuit même, sur son navire. La légende raconte qu’en rentrant ce soir là une funeste illusion lui montra une harpie à la place de sa femme. Mais, même moi qui le connut de longues années durant, jamais je ne sus ce qui était arrivé cette nuit là...

Antinoos, trop jeune pour régner, fut placé sous la coupe du précepteur de palais qui garda la régence du Royaume. Des navires furent envoyés en Grèce pour retrouver Alyone, le roi meurtier, mais nul le trouva jamais.

Alyone navigua de longs mois, persuadé d’avoir été le jouet des dieux, aveuglé par son chagrin, il maudit Poseidon...

Une terrible tempête, comme seul un Dieu peut en provoquer, broya son navire, et emporta l’épave vers les côtes d’Argos, où il fut recueilli par des navires en partance pour une colonie lointaine...

A partir de ce jour, Alyone ne put jamais dormir. Il semblait hanté par ses actes, en quête de rédemption...

Ce qui se passa après est une autre histoire, sujet à de nombreuses légendes. Dans certaines on raconte qu’Alyone fut un heros comme le monde en connut peu, dans d’autres il est le mal incarné, certaines disent juste qu’il ne fut jamais maître de ses actes et de son destin.

La seule chose que je vous dirait, moi qui l’ai bien connu, c’est que c’était un brave, et que s’il avait des fautes à expier, il les expia au moins milles fois, et que sa mort telle qu’elle est contée les racheta toutes à elle seule !

Portfolio

Répondre à cet article

7 Messages de forum

  • Alyone d’Ithaque 23 novembre 2008 19:40, par Pierre

    Super biographie Clem !

    J’aime beaucoup le style que tu as employé. En utilisant un narrateur qui n’est pas omniscient ça laisse une grande part de mystère sur le personnage.

    Au fait qui est ce fameux narrateur ? (Immodos, Talar, Shani ?)

    Je me suis permis de corriger l’orthographe, et de faire des modifications mineures sur la présentation et la formulation de certaines phrases. Ceci dit, les modifications sont enregistrées et il est possible de revenir à la version précédente. Si ça te gène je recharge la version originale.

    Petite question technique, comme tu es le premier non-admin à poster : as-tu la possibilité d’éditer toi-même le texte ? Si tel est le cas je laisserai aux auteurs le soin de corriger l’orthographe et le style.

    Répondre à ce message

  • Alyone d’Ithaque 25 novembre 2008 19:32, par Clément

    Pour répondre à ta question, le narrateur est Imodos ! et oui je peux éditer moi même le texte !

    Répondre à ce message

  • Alyone d’Ithaque 26 novembre 2008 21:16, par Sam

    Hahaha, vous nous pourrez éditer vos textes qu’avant publication. Ca vous apprendra à vous relire, muahahahahaha.

    Répondre à ce message

  • Alyone d’Ithaque 27 novembre 2008 21:24, par Pierre

    Ou tant pis pour nous Sam, on va devoir les relire ces cons... T’as qu’à aller voir le nombre de faute que j’ai corrigé dans ce texte là ;)

    Répondre à ce message

  • Alyone d’Ithaque 28 novembre 2008 13:58, par Sam sans ID

    Moi j’aime bien cette biographie et je peux poster ce commentaire sans être identifié, donc en simple visiteur lambda sans même être inscrit. :D

    Répondre à ce message

  • Alyone d’Ithaque 20 décembre 2008 16:04, par Olivier

    Oui elle est bien sympa cette bio, j’aurais aimé la connaître plus tôt pour mieux cerner le perso pendant les deux campagnes. C’est bien qu’il soit ambigu, vu qu’il l’était dans le jeu.

    Répondre à ce message

  • Alyone d’Ithaque 21 décembre 2008 19:39, par Clément

    Du coup, tu arreteras peut être de l’appeler Ullos maintenant que tu sais que ça n’a rien à voir ;)

    Répondre à ce message